Il y a quelques jours, rassemblés à la Paix Dieu, les acteurs du secteur de l’emploi et de la formation issus de tout l’arrondissement sont venus découvrir le fruit d’un travail mené par le comité subrégional de l’emploi et de la formation: le kit Mobil’idées. Un outil destiné à aider les différents services dans l’accompagnement des demandeurs d’emploi pour que la mobilité ne soit plus un frein.

L’origine de ce projet remonte à une table ronde organisée en mai 2013. Présents autour de la table, les services actifs dans l’emploi et la formation, tout comme les demandeurs d’emploi eux-mêmes avaient mis en évidence les problèmes de mobilité rencontrés pour trouver un travail. Pas simple en effet de se déplacer pour un entretien ou pour aller au boulot sur un territoire majoritairement rural où le manque de transport en commun se fait sentir.

Un groupe de travail, mis sur pied en novembre, a donc tenté d’apporter une réponse adéquate avec ce kit Mobil’idées. Construit comme une base de données, le kit réalisé sous forme de powerpoint permet d’explorer toutes les possibilités existantes en matière de transport, le tout organisé selon 7 thématiques: communes, services, formations, outils-animations, diagnostics, transports en commun, transports alternatifs. Téléchargeable sur le site du CSEF, le kit est donc à la disposition de tous. Mais les concepteurs insistent: il est préférable que l’usage soit encadré, malgré une navigation assez intuitive.

Créer une communauté d’utilisateurs

Pas de louange mais un accueil favorable et tempéré après explications de l’outil. Si tous les acteurs saluent l’existence du kit Mobil’idées et le travail accompli, ils restent mitigés quant à certains détails pratiques et en particulier, l’actualisation des informations. «Les parkings SNCB ne sont pas tous gratuits», fait remarquer un intervenant dans le public, relevant un détail apparu dans les fiches présentées. Ils craignent surtout que la mise à jour du kit, conçu comme une base de données constituée de nombreuses fiches, soit fastidieuse.

Mais le CSEF a un début de solution: au téléchargement, chacun doit s’inscrire pour prendre part à une communauté d’utilisateurs dont la tâche sera de signaler les éventuelles erreurs et les compléments d’informations à apporter au kit.

SOURCE: http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20140509_00473907